Parades for FIAC 2019

Du mercredi 16 au samedi 19 octobre 2019

Le Palais est heureux de participer, comme en 2016 en 2017 et en 2018 au festival Parades For FIAC. Ce festival, dédié aux pratiques performatives et au dialogue, mêle danse contemporaine, théâtre, poésie et science.

Chaque soir, en accès libre, le public est invité à découvrir, depuis les coursives et les balcons du Palais, les performances qui se succèderont dans le hall d'Antin...

(image avec légende)
Performance de Hicham Berrada "Présage", coproduite par le Palais de la découverte, dans le hall d'Antin le 21 octobre 2018 ©Ph Levy-EPPDCSI

Mercredi 16 octobre

Oliver Beer - Stray Voices, 2019

19h - Durée 1 heure

(image avec légende)
© Herve Veronese

 
Pour cette ouverture de festival, l’artiste britannique Oliver Beer propose une performance inédite et in situ, jouant des spécifités architecturales du Palais de la découverte.

À la manière de ses concerts donnés récemment au Met Breuer (New-York), Stray Voices est guidé par une partition musicale affutée à laquelle le public est invité à collaborer.

En coproduction avec Universcience - Palais de la découverte


Jeudi 17 octobre

Marwa Arsanios - Learning to Dance, 2015

19h - Durée : 40 minutes

(image avec légende)
Courtesy de l'artiste et mor charpentier, Paris


« Je ne suis pas une danseuse ; mais pour les 40 prochaines minutes, je chercherai la danse. » dit Marwa Arsanios en préambule de Learning to dance, sa première performance.

Celle-ci est une adaptation partielle de la vidéo Olga’s notes, All those restless Bodies (2014). Ici, la plasticienne américaine tente de déconstruire l’histoire de la danse par l’étude du travail des corps et de l’apprentissage de la rigueur qui caractérisent les formations des danseurs..


En collaboration avec mor charpentier.


Jeudi 17 octobre

Ali Cherri - Water Blues, 2018

20h - Durée :  30 minutes

(image avec légende)
© Ali Cherri, courtesy de l’artiste et Galerie Imane Farès, Paris


Ali Cherri appartient à cette génération d’artistes libanais nés pendant la Guerre civile et dont le souvenir éprouvant habite toute pratique artistique. Son travail, polymorphe, se caractérise par une multiplication des références. Le film Water Blues est accompagné d’une conférence performée qui questionne la violence politique et culturelle au Soudan, par le biais de l’analyse esthétique et sémantique de la boue et des marécages.

En collaboration avec Imane Farès, Paris
Co-produit avec le Onassis Cultural Center, Athens


Vendredi 18 octobre

Hanne Lippard - What Works Works, 2019

19h - Durée : 30 minutes

En anglais

(image avec légende)
ars viva 2016, Stadtische Galerie, Karlsruhe
2015 - © ONUK


Hanne Lippard est une acrobate du discours.

Elle décline ses textes en performances vocales, tissant des liens avec le théâtre, la poésie ou la musique. Pour sa participation à Parades for FIAC, elle dissèque les relations entre grammaire et genre.

Sa performance vocale prend la forme d’une critique de la standardisation du langage et de ses phénomènes de répétition.

Un second volet de What Works Works se déroulera le dimanche 20 octobre à l’Église Saint-Merry en collaboration avec le saxophoniste queer norvégien Bendik Giske.


Une proposition de Disappearing Music
En collaboration avec LambdaLambdaLambda, Prishtina


Samedi 19 octobre

Luigia Riva & Clay Apenouvon INTRANSITO, 2019

19h - Durée : 20 à 30 minutes

(image avec légende)
© Clay Apenouvon


« In transito sera une recherche sur le lâcher prise et l’écoute. Un travail où les six danseurs seront en perpétuel déséquilibre entre chute et envol. » explique Luigia Riva.
Pour cette performance, elle a choisi d’être accompagnée par Clay Apenouvon, et confronte les danseurs au travail du plasticien congolais. La chorégraphie s’anime d’une gestuelle oscillant entre lourdeur et légèreté, au rythme des rencontres orchestrées ou spontanées des performeurs avec leur environnement...

Performance pour six danseurs de l’Opéra de Paris (Takeru Coste, Marion Gauthier de Charnace, Antoine Kirscher, Antonin Monie, Caroline Osmont & Hannah O’Neil),
production Association Intransit – Cie Inbilico avec le soutien de Marie Hermans et Valerio Ferrari.