Expositions temporaires

Ma planète vue de l'espace : fragilité et beauté


Jusqu'au 5 juin 2016 Achetez votre billet en ligne

Cette exposition, accueillie par le Palais de la découverte, est un projet porté par l’ESA, l’Agence spatiale européenne, avec l’Agence spatiale française CNES et la Commission Européenne, à l’occasion du COP21.

Grâce aux images satellite, cette exposition propose au visiteur un voyage vers les contrées les plus belles et les plus difficiles d’accès que compte notre Terre. L’œil du satellite révèle à quel point notre planète change : les glaciers fondent, le niveau des mers monte, les forêts tropicales sont menacées, les terres cultivables se désertifient, l’urbanisation s’étend de façon incontrôlée.
Autant d’images qui témoignent de la fragilité de notre planète et des défis posés par le changement climatique. Elles démontrent aussi l’utilité des satellites pour gérer et protéger l’environnement et les ressources naturelles.

Ma planète vue de l’espace : fragilité et beauté s’adresse à un large public et particulièrement aux plus jeunes. Son ambition : encourager un mode de vie respectueux de l’environnement, promouvoir une exploitation plus économe des ressources naturelles, mettre en lumière l’immense potentiel d’innovation des technologies spatiales.

L'exposition comporte six secteurs :

GLACE

Ce sont les régions polaires qui souffrent le plus du changement climatique. Elles forment un bon indicateur de l’état de santé de notre planète. La fonte des banquises et des calottes glaciaires introduit une énorme quantité d'eau douce dans les océans. Cet apport contribue à la hausse du niveau des mers. La salinité et la température de l'eau se modifient aussi, ce qui affecte les gigantesques courants de circulation océanique qui régulent le climat terrestre.
Les images satellite et d’autres données montrent l’évolution récente des glaces de l’Arctique et de l'Antarctique.

Glacier Jakobshavn/Satellite: Sentinel-1A/© Copernicus Sentinel data (2015)/ESA
EAU

L’eau est indispensable à toute forme de vie. Elle couvre plus des deux tiers de la surface du globe, mais l’eau douce ne représente que 3 % du total. Pour l’essentiel, il s’agit de glace ou d’eau souterraine et seule une part infime est accessible à l’homme. Du fait de la rareté de l’eau, dans les régions arides en particulier, des conflits peuvent naître pour contrôler cette précieuse ressource.
Les images satellite mettent en évidence la hausse du niveau des mers et les menaces qui pèsent sur les écosystèmes marins. L'exposition aborde également les risques que  la surexploitation de l’eau fait courir aux fleuves et aux lacs, partout dans le monde.

ATMOSPHÈRE

L’atmosphère est composée de plusieurs gaz, elle enveloppe la planète, régule sa température, nous protège des radiations solaires et joue un rôle primordial dans le temps qu’il fait. L’étudier aide à comprendre le changement climatique.
Les satellites peuvent mesurer l’impact des émissions de CO2 sur l’environnement mondial. Ils récoltent des données sur la pollution de l’air, la concentration de vapeur d'eau dans l’atmosphère, l’ozone et les gaz rares.

DÉSERTS

Près d’un tiers de la surface terrestre est considéré comme aride ou semi-aride, avec un déficit important en eau et en végétation. Les écosystèmes arides sont extrêmement vulnérables à la surexploitation et à la mauvaise utilisation des sols, surpâturage par exemple, ou systèmes d’irrigation mal conçus.
Cette zone de l’exposition présente des images des grands déserts de la planète : Sahara, Rub al-Khali, Taklamakan, Atacama, ainsi que d'autres régions en cours de désertification.

Désert Sossusvlei, Namibie/Satellite: Kompsat-2 /© KARI/ESA
FORÊTS ET AGRICULTURE

Un secteur de l’exposition nous rappelle l’importance des forêts pour l’écosystème mondial. Essentielles pour la biodiversité, elles sont des usines naturelles à absorber le CO2. Malheureusement, la déforestation gagne. L’agriculture nourrit l’humanité, mais seule une agriculture durable pourra faire face à long terme à l’augmentation de la population mondiale.
Les vues satellite montrent la transformation de forêts en paysages agricoles : rizières, oliveraies, cultures avec irrigation à pivot central. Elles démontrent que les satellites peuvent aider à planifier les cultures et à évaluer les récoltes à venir.

VILLES

Une carte de la distribution des villes dans le monde montre l’impact de l’urbanisation sur notre environnement. Une image de nuit de la Terre, avec ses concentrations de points lumineux, permet de comprendre d’un coup d’œil à quel point notre planète est surpeuplée.
Aujourd’hui, il existe plus de 30 métropoles de plus de 10 millions d’habitants et les villes ne cessent d’accueillir de nouveaux habitants.  Cette croissance doit être maîtrisée pour rester supportable à long terme sans dégradation de la qualité de vie ou de la sécurité des citadins.

Paris/Satellite: Sentinel-2A/© Copernicus Sentinel data (2015)/ESA
Crédits

Un projet porté par

Agence spatiale Européenne

Avec

Centre national d'études spatiales
Commission Européenne
Retour en haut