Au travers du regard, l'autisme comme vous ne l'avez jamais vu

2 août au 15 octobre 2017

L’oculométrie (Eye tracking) est une technologie permettant d’enregistrer les mouvements de nos yeux. Des images de l’œil en mouvement sont capturées par une caméra infrarouge. Elles permettent de déterminer le « point du regard », c’est-à-dire là où l’œil se pose.
Les sciences cognitives ont montré que le parcours du regard n’est pas lié au hasard. Le trouble du spectre de l’autisme est fréquemment associé à des particularités dans l’exploration de l’environnement ce qui pourrait avoir un impact sur la capacité à interagir avec les autres.

L'oculométrie (ou Eye Tracking) inventée au 19ème siècle a permis de mettre en évidence dès 1879 les mouvements oculaires (saccades)  entrecoupés de pauses  (fixations) lors de la lecture. Cette méthode a ensuite été utilisée par le psychologue Alfred Yarbus qui montre en 1967 que l'exploration d'une image ou d'une scène par une personne dépend de l'information qu'elle recherche.
L'équipe "Autisme" de l'unité INSERM U930 de Tours utilise l'oculométrie pour mesurer les comportements d'exploration visuelle et leurs particularités chez les personnes avec un Trouble du Spectre de l'Autisme (TSA). 

 

Tracés oculaires recueillis par Alfred Yarbus lors de l'observation d'un tableau avec ou sans consigne.

 

Tracés oculaires (en vert) chez un enfant au développement typique (à gauche) et chez un enfant avec un Trouble du Spectre de l'Autisme (à droite).

Le Trouble du Spectre de l'autisme est un trouble précoce du développement et du fonctionnement cérébral qui s'exprime de façon très variable d'une personne à l'autre, nécessitant des thérapies personnalisées. Il se caractérise par un manque de réciprocité sociale voire un isolement, entrainés par des difficultés de communication et d'interaction sociale ainsi que des intérêts limités et restreints.

Le langage peut ne pas se développer, les expressions émotionnelles et les regards dirigés vers les autres peuvent être rares. Certains comportements peuvent être répétés, voire s'accompagner de rituels ou de routines pouvant accroitre l'isolement, tels que des rituels d'alignement et de classement.

L'occulométroie n'est pas un outil diagnostic du Trouble du Spectre de l'Autisme (TSA). A l'hôpital de jour du CHRU de Tours, cette technique est utilisée pour évaluer le comportement des enfants avec TSA et l'efficacité de leur thérapie.

 

 

Contrairement aux enfants et aux adultes typiques, les personnes avec un TSA explorent moins les visages et encore moins la région des yeux.

 

Un visage (en rouge) déclenche une dilatation pupillaire significativement plus importante qu'un objet (en bleu) ou un avatar (en jaune) chez les enfants typiques, contrairement aux enfants avec un TSA.

 

 

Après deux ans de prise en charge, les chercheurs constatent que la différence d'exploration entre les enfants avec TSA (orange foncé) et les enfants typiques appariés (gris foncé) est réduite.

 

 

L'oculométrie est un outil d'évaluation non verbale. Le regard d'un enfant avec TSA écoutant une phrase complexe s'oriente différemment vers les images présentées, reflétant la compréhension.

 

 

 

L'équipe "1 chercheur·e, 1 manip" remercie chaleureusement les chercheuses Claire Wardak, Magali Batty, Marianne Latinus, Nadia Aguillon- Hernandez