l'expérimentateur
S'est déroulée du 14 décembre 2017 au 19 août 2018

Acte I - Cristaux et dissymétrie

(image avec légende)
Crédits : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, NIM24127 ; BIU Santé (Paris) ; Institut Pasteur - Musée Pasteur ; Wellcome Library, Londres
Acte I - Cristaux et dissymétries (1847-1857) (Durée : 1'58)
TEXTE de TRANSCRIPTION Acte I Cristaux et dissymétrie est une capsule sonore qui permet l'introduction d'une séquence de l'exposition temporaire &quot;Pasteur l'expérimentateur&quot;, présentée au Palais de la découverte du 14 décembre 2017 au 19 août 2018.<br /><br />Acte I Cristaux et dissymétrie<br /><br />1847-1857<br /><br />Julian Eggerickx (Le Narrateur)<br /><br />Hugues Martel (Louis Pasteur)<br /><br />Hugues Martel (Balard Antoine Jérôme)<br /><br />NARRATEUR : Nous voici dans le laboratoire de Jean-Baptiste Biot. Chut, on travaille ici ! Pasteur vient d’avoir son agrégation et il est préparateur agrégé. Il se pose déjà beaucoup de questions, et comme il est très ambitieux, il aime relever les défis. Le voici qui vient présenter ses résultats à Biot :<br /><br />PASTEUR : Monsieur le Professeur.<br /><br />BALARD : oui, mon cher Pasteur ?<br /><br />PASTEUR : j’ai bien réfléchi à ce qu’il est convenu d’appeler le mystère de l’acide paratartrique et je pense avoir fait une découverte fondamentale à ce propos.<br /><br />BALARD : Décidément, Pasteur, vous êtes un jeune homme étonnant.<br /><br />PASTEUR : figurez-vous que je connais bien l’acide tartrique que l’on obtient au fond des cuves, après la fermentation du vin.<br /><br />BALARD : et vous avez entendu parler de ce mystérieux acide paratartrique, obtenu par accident par l’industriel Charles Kestner ?<br /><br />PASTEUR : j’ai fait mieux, j’ai écrit à Kestner, et il m’a envoyé des cristaux d’acide paratartrique pour mes expériences. Vous connaissez le problème, tartrique et paratartrique se ressemblent, mais quand ils sont dissous dans l’eau et observés avec un polarimètre l’un fait tourner la polarisation de la lumière et l’autre pas. J’ai bien étudié les cristaux du paratartrique et j’y ai découvert deux types de cristaux différents. Deux structures différentes !<br /><br />BALARD : allons donc ! et quelle différence y avez-vous vue ?<br /><br />PASTEUR : regardez : ces cristaux-ci ressemblent à ceux-là, mais ils sont symétriquement inversés, comme une main droite et une main gauche ! Ou disons, comme une plaque de gravure, et l’image qu’elle produit !<br /><br />NARRATEUR : Il faut dire que Pasteur avait une formation d’artiste. Quand il était petit, c’était plutôt un bon peintre. Sans doute que cela lui a permis de voir des petits détails là où les autres ne voyaient rien…

Le jeune agrégé Louis Pasteur propose à Balard, son directeur, de résoudre un mystère scientifique. Deux acides semblent identiques : l’acide tartrique, produit lors de la fermentation du vin puis utilisé en teinturerie, et l’acide paratartrique, obtenu involontairement lors d’un accident industriel. Pourtant les deux acides n’ont pas le même comportement face à la lumière. Ils sont donc différents, mais en quoi ? Pasteur cherche les moyens d’en savoir plus sur ces substances. Pour cela, il prépare des cristaux à partir des deux acides et les étudie.


Vous découvrirez dans cet espace...

Une expérience d’optique, un jeu de tri de cristaux et un film vous permettent de comprendre concrètement la méthode et le processus pour résoudre le mystère de l'acide paratartrique.

Dans un encadré "l'inerte et le vivant" vous est présenté le projet un peu fou de Pasteur à cette époque. Ayant constaté que toutes les molécules dissymétriques étaient issues du vivant, la dissymétrie serait ce qui permet de distinguer le vivant et l’inerte ; d'où son idée de créer artificiellement de la dissymétrie...
Sont exposés quelques-uns des instruments analogues à ceux achetés par Pasteur : une bobine de Ruhmkorff, appareil qui permet de créer des courants électriques de tension élevée (copie d’une bobine de la fin du xixe siècle, 1960-1970), un héliostat de Prazmowski (1880) et du matériel de chimie.

 

 

(image avec légende)
© Ph-Levy--EPPDCSI
Des cristaux aux fermentations

Pasteur émet l’hypothèse, sans pouvoir la vérifier, que la dissymétrie de certaines molécules, qualifiée des années plus tard par lord Kelvin de « chiralité », leur donne des propriétés particulières. Il remarque que ces molécules sont produites par des organismes vivants. C’est le cas de l’acide tartrique et de l’alcool amylique, qui sont formés au cours de processus de fermentation. Nommé à Lille, dans une région industrielle, Pasteur aura bientôt une nouvelle raison de s’intéresser aux fermentations.