RessourcesJeunes (13-25 ans),Familles,Enseignants,Médiateurs,Chercheurs,Groupes,ProfessionnelsAgriculture - alimentation,Environnement - développement durable - énergies,Espace - astronomie,Innovation - recherche - industrie,Matériaux micro et nanotechnologies,Mathématiques - physique - chimie,Médecine - santé,Sciences de la Terre,Sciences du vivant,Sciences et sociétéDocument pédagogiqueSourds,Malentendants,Mobilité réduite

Édito

Placé sous le signe de l’excellence, ce numéro de Découverte nous propose un dossier spécial en lien avec l’exposition « La radioactivité, de Homer à Oppenheimer », produite par l’ANDRA et présentée au Palais de la découverte jusqu’au 8 juin 2014.
Julien Babel retrace l’histoire de la radioactivité jalonnée de découvertes ayant souvent valu le prix Nobel à leurs auteurs. Certains aspects en demeurent encore mystérieux : radioactivité un ou deux protons, afin de mieux appréhender la cohésion nucléaire ; désintégration double bêta sans émission de neutrino, qui permettrait d’accéder à une mesure de la masse absolue de ce dernier et de résoudre l’énigme de sa nature pour une meilleure compréhension de la matière.
Kamil Fadel nous expose les applications médicales de la radioactivité à des fins de diagnostic ou dans un but thérapeutique, qui découlent de près ou de loin de ces recherches fondamentales. Dans le premier cas, la médecine nucléaire repose sur l’utilisation d’isotopes émettant une faible dose de radiation pendant une courte durée de vie dans l’organisme, suffisante pour permettre une observation physiologique. Associée à l’imagerie fonctionnelle, ce sont d’excellents outils de diagnostic, fournissant des données très précises sur les organismes vivants de façon non traumatique, indispensables dans de nombreux domaines : neurosciences, cancérologie, innovation thérapeutique… Les recherches se poursuivent désormais pour étendre leurs applications à l’exploration d’autres tissus ou organes.
En termes de modélisation mathématique, loin d’éventuelles vertus thérapeutiques, Robin Jamet nous explique la relation inattendue entre mousse de bière et désintégration radioactive, deux belles illustrations de décroissance exponentielle.
Pour leur part, Joël Candau et Isabelle Gavillet nous livrent leur point de vue sur les conditions nécessaires au maintien d’une recherche de qualité. Un appel pour un retour à une science plus lente a été lancé en 2010 par le mouvement international Slow Science, qui pointe du doigt les effets de la compétition acharnée, la course aux subventions et aux publications nombreuses.
Très attaché à une culture scientifique de qualité, Universcience poursuit sa mission de diffusion au plus grand nombre avec passion et ambition, par le biais de ses expositions et de sa revue notamment, témoignage de ces valeurs qui sont les siennes.

Claudie Haigneré
Présidente d’Universcience – établissement public du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie

Sommaire

par Hubert Desrues

La radioactivité d’hier à aujourd’hui
par Julien Babel

Diagnostiquer, soigner, guérir
La radioactivité au service de la médecine
par Kamil Fadel

Formes mathématiques
Exponentielle, radioactivité et bière
par Robin Jamet

La slow science, condition de la découverte ?
par Joël Candau et Isabelle Gavillet

Séismes et volcans : vivre avec le risque
Le retour
par Olivier Coulon

Le Musée national du nucléaire & de son histoire (Albuquerque, États-Unis)
par Guillaume Trap

De l’argent propre en quelques secondes
par Stéphanie Kappler

Vous trouverez aussi dans le numéro print :
Curiosités célestes
Coups de cœur
Planétarium
Science en action