RessourcesJeunes (13-25 ans),Familles,Enseignants,Médiateurs,Chercheurs,Groupes,ProfessionnelsAgriculture - alimentation,Environnement - développement durable - énergies,Espace - astronomie,Innovation - recherche - industrie,Matériaux micro et nanotechnologies,Mathématiques - physique - chimie,Médecine - santé,Sciences de la Terre,Sciences du vivant,Sciences et société,Technologies de l'information et de la communicationDocument pédagogiqueSourds,Malentendants,Mobilité réduite

Prix Nobel 2019

Physiologie / médecine

Comment nos cellules détectent-elles l’oxygène et y réagissent-elles ? C’est ce qu’ont découvert en 2001 les trois lauréats du prix Nobel 2019 de physiologie/médecine : les Américains William G. Kaelin (62 ans) et Gregg Semenza (63 ans), et le Britannique sir Peter Ratcliffe (65 ans), tous trois médecins et chercheurs. La compréhension de la machinerie cellulaire, qui adapte le fonctionnement de la cellule à la disponibilité en oxygène, a ouvert la voie à l’élaboration de traitements pour soigner des pathologies aussi diverses que l’anémie, les maladies cardiovasculaires et le cancer.
Par Yann Lefranc, médiateur scientifique, unité Sciences de la vie du Palais de la découverte

Physique

Le prix Nobel 2019 de physique récompense deux découvertes majeures ayant apporté de nouvelles perspectives dans notre compréhension de l’Univers et son contenu. Une moitié du prix a été attribuée à l’astrophysicien américain d’origine canadienne James Peebles (84 ans) pour ses travaux de cosmologie. En effet, Peebles a travaillé à partir des années 1960 sur l’évolution de l’Univers dans les premiers instants après le Big Bang. La seconde moitié du prix couronne la découverte de la première exoplanète par les astrophysiciens suisses Michel Mayor (77 ans) et Didier Queloz (53 ans).
Par Andy Richard, médiateur scientifique, unité Astronomie-astrophysique du Palais de la découverte

Chimie

Le prix Nobel 2019 de chimie récompense trois scientifiques, le Britannique Michael Stanley Whittingham (78 ans), l’Américain John B. Goodenough (97 ans) et le Japonais Akira Yoshino (71 ans), pour leur contribution au développement des batteries lithium-ion. Le jury a insisté sur le fait qu’elles apportent une autonomie plus importante que les piles classiques et permettent de se diriger vers un monde sans fil. De plus, elles réduisent notre dépendance aux ressources fossiles en rendant possible le stockage d’énergie provenant des ressources renouvelables.
Par Sokunthea Thlang, responsable, et Ludovic Fournier, médiateur scientifique, unité Chimie du Palais de la découverte

 

(image avec légende)
© A. Stinton / MVO / SRC / UWI

Terre & Univers

Volcanisme hors norme sur Terre

Les trapps et les superéruptions sont les deux formes de volcanisme les plus colossales observables à la surface de la Terre. Malheureusement, ces deux phénomènes sont souvent méconnus ou confondus. En outre, un parallèle est établi généralement à tort entre les superéruptions et les extinctions de masse. Il est donc important de comprendre la différence entre ces deux types de volcanisme pour démêler le vrai du faux quant à leurs effets sur le climat et la biosphère.
Par Alexandra Morand, unité Géosciences du Palais de la découverte

Mots clés : volcanisme / trapp / superéruption / style éruptif / effets sur le climat

 

(image avec légende)
© gdas / iStock / Getty Images

Matière & Énergie

Vous reprendrez bien un petit verre de silice ?

Le verre est incontournable dans notre quotidien. Mais ce matériau que nous croyons connaître parfaitement se décline parfois de manière surprenante. Des plages de sable fin aux fours industriels, des profondeurs des océans aux laboratoires de recherche, découvrons ensemble quelques exemples de verres originaux à base de silice. Grâce à différentes compositions et structures, ils présentent un large éventail de propriétés physicochimiques, qui ouvrent la voie à des utilisations du verre insoupçonnées.
Par Sarah Christoph, médiatrice scientifique, unité Chimie du Palais de la découverte

Mots clés : chimie / matériaux / verre / silice / sol-gel

 

(image avec légende)
F. Ivy on Visual Hunt / CC BY-ND

Vivant \ Santé & Environnement

Les caméléons
Une communication haute en couleur

Dès l’Antiquité, Aristote évoque dans ses écrits les caméléons et leur formidable capacité à changer de couleur. Il faudra attendre pourtant le XXIe siècle pour que la fonction de cet incroyable talent soit révélée enfin. Car contrairement à une idée reçue, les caméléons ne changent pas de couleur pour se fondre dans leur environnement et passer inaperçus… Ce serait même tout l’inverse. Alors, pourquoi et comment les caméléons changent-ils de couleur ? Petit tour d’horizon d’un phénomène que les scientifiques commencent tout juste à décrypter.
Par Alexis Y. Dollion, unité Sciences de la vie du Palais de la découverte

Mots clés : caméléons / changement de couleurs / peau / chromatophore / communication

 

(image avec légende)
Chris 73 / Wikimedia Commons CC 3.0

Formes mathématiques

La spirale du nautile

Certaines formes présentes dans la nature sont modélisables grâce aux mathématiques, ce qui nous permet de mieux les comprendre. Par exemple, la forme d’une coquille de nautile est si régulière que nous pourrions nous demander s’il est possible de la dessiner à l’aide d’une équation mathématique simple. Pour répondre à cette interrogation, nous devons nous plonger dans l’étude des spirales, formes bien plus variées que ce que nous pourrions imaginer.
Par Auréliane Gailliègue, unité Mathématiques du Palais de la découverte

 

(image avec légende)
Maxter315 / Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0

Sciences du numérique

La fourmi de Langton

Sur une case blanche, elle tourne à droite, pose une marque et avance d’un pas. Sur une case marquée, elle tourne à gauche, ôte la marque et avance d’un pas. En principe, c’est tout ce qu’il y a à savoir sur la fourmi de Langton. Mais comme souvent, connaître les règles du jeu ne suffit pas à prédire l’issue de la partie. En étudiant les mouvements de ce petit animal mathématique, nous vous proposons de faire un premier pas (de fourmi !) dans le vaste monde des automates cellulaires, qui trouvent notamment des applications dans la simulation numérique de phénomènes réels (dynamique des gaz ou feux de forêt).
Par Jérôme Kirman, médiateur scientifique, unité Informatique et sciences du numérique du Palais de la découverte

Mots clés : informatique / automates cellulaires / déterminisme / chaos / vie artificielle

 

(image avec légende)
© Stimuli

Science en société

Un dessin vaut mille mots

La médiation scientifique consiste à faire découvrir et transmettre du contenu scientifique à différents publics. Avec la révolution de l’accès à l’information, les formes de médiation se sont diversifiées, des MOOCs (cours ouverts en ligne) aux podcasts en passant par les chaînes YouTube. L’évolution du numérique a permis paradoxalement de remettre également sur le devant de la scène un média cantonné traditionnellement au papier : la bande dessinée, dont les cases peuvent désormais parcourir le monde en quelques secondes !
Par Claire Josse, médiatrice scientifique, unité Chimie du Palais de la découverte,
et Olivier Schiettekatte, enseignant-chercheur, Sorbonne Université

Mots clés : médiation scientifique / bande dessinée / dessin / histoire de la communication / didactique

 

(image avec légende)
Capture d’écran de l’application « Analyseur de spectre audio par Elena Polyanskaya »

La science à portée de main

Bouteille de Bordeaux, résonance... et vitesse du son !

En soufflant au-dessus du goulot d’une bouteille vide, nous pouvons entendre un son net et assez intense qui ressemble un peu à celui d’une flûte. La vitesse de ce son dans l’air peut être déterminée en mesurant sa fréquence grâce à un smartphone, une application gratuite et... une bouteille de Bordeaux !
Par Hassan Khlifi, responsable adjoint, unité Physique du Palais de la découverte