RessourcesJeunes (13-25 ans),Familles,Enseignants,Médiateurs,Chercheurs,Groupes,ProfessionnelsAgriculture - alimentation,Environnement - développement durable - énergies,Espace - astronomie,Innovation - recherche - industrie,Matériaux micro et nanotechnologies,Mathématiques - physique - chimie,Médecine - santé,Sciences de la Terre,Sciences du vivant,Sciences et sociétéDocument pédagogiqueSourds,Malentendants,Mobilité réduite

Édito

La revue Découverte met la B. D. à l’honneur dans ce premier numéro de l’année 2020, en évoquant son emploi croissant à des fins de vulgarisation. Les formes de médiation scientifique se sont en effet diversifiées, notamment grâce à la multiplication des moyens numériques d’accès à l’information. En témoigne en particulier le succès de la B. D., initialement publiée uniquement sur papier et aujourd’hui aussi diffusée sur Internet. L’engouement du public pour ce média ne se démentant pas, les initiatives fleurissent : reportages ou mises en scène du travail des chercheurs dans les laboratoires, ateliers d’initiation à la B. D., albums consacrés aux sciences ou à de grands scientifiques… Une situation qui explique que des études soient menées pour analyser la manière dont les acteurs de culture scientifique peuvent s’emparer de ce média et pour évaluer son impact sur la compréhension des savoirs scientifiques.
Des planches dessinées aux mythes et légendes sur les caméléons et leurs capacités peu communes, Découverte franchit le pas en expliquant les changements de couleur spectaculaires de ces animaux : la clef réside dans leur derme et la présence de cellules spécialisées, les chromatophores, littéralement les « porteurs de couleur ». La revue fait un point détaillé sur cette aptitude particulière qui, contrairement aux idées reçues, permet aux caméléons d’interagir avec leurs congénères en se rendant bien visibles à leurs yeux plutôt que de se fondre dans le décor. Découverte passe ainsi en revue la question de l’agencement spécifique de ces cellules, les mécanismes en jeu, la vitesse de changement de couleur… qui rendent possible la communication.
Découverte nous dévoile les règles de déplacement sur une grille de cases de différentes couleurs d’un autre « animal », appartenant cette fois au monde des automates cellulaires, baptisé du nom de son créateur, la fourmi de Langton. Sont ici décortiqués ses premiers pas, au cours desquels elle modifie son environnement. Les automates cellulaires sont très utiles pour modéliser des phénomènes réels complexes tels que les feux de forêts ou la dynamique des gaz, sujet qui sera traité dans un prochain numéro. Mais sans attendre, la rédaction de Découverte se joint à moi pour vous présenter nos meilleurs vœux pour la nouvelle année.

Bruno Maquart
Président d’Universcience – établissement public du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie

Sommaire

par Hubert Desrues et Gaëlle Courty

par Yann Lefranc, Andy Richard, Sokunthea Thlang et Ludovic Fournier

Volcanisme hors norme sur Terre
par Alexandra Morand

Vous reprendrez bien un petit verre de silice ?
par Sarah Christoph

Les caméléons, une communication haute en couleur
par Alexis Y. Dollion

Formes mathématiques
La spirale du nautile
par Auréliane Gailliègue

La fourmi de Langton
par Jérôme Kirman

Un dessin vaut mille mots
par Claire Josse et Olivier Schiettekatte

Bouteille de Bordeaux, résonance... et vitesse du son !
par Hassan Khlifi

Vous trouverez aussi dans le numéro print :
Curiosités célestes
Coups de cœur
Science en action