Soirée les sidérales en partenariat avec l'Observatoire de Paris - PSL

Mardi 6 décembre de 18h45 à 22h30

Déroulé de la soirée

Le public sera accueilli à 18h45 dans le hall des Étincelles pour une présentation de la soirée puis assistera au choix à :

  • 19h : une conférence de François HAMMER « Voyage de la Voie Lactée aux confins de l'Univers avec le James Webb Telescope », suivie à 20h d'une séance de planétarium « odyssée vers d’autres mondes » ;

où bien à :

  • 19h : une séance de planétarium « odyssée vers d’autres mondes » suivie à 20h d'une conférence d'Anthony Boccaletti « Observation des exoplanètes avec l’instrument MIRI du James Webb ».

21h : si le temps le permet, observation sur le parvis des étincelles avec l’evscope. Avec le soutien d'Unistellar.
22h30 : fin.

Il ne sera pas possible de s'inscrire aux deux conférences. La conférence de François Hammer sera axée sur les galaxies et leur formation et celle d’Anthony Boccaletti sur les exoplanètes.

Voyage de la Voie Lactée aux confins de l'Univers avec le James Webb Telescope (à 19h)

Conférence de François Hammer
Astrophysicien à l’Observatoire de Paris, prix Descartes-Huygens des Académies des Sciences Française et Néerlandaise pour ses découvertes sur les galaxies lointaines et leur formation. Responsable scientifique de grands spectrographes installés au Chili sur les sites du Very Large Telescope : Giraffe et X-shooter.

Les premières images du télescope révolutionnent déjà nos connaissances sur l'Univers proche et lointain.
À l'échelle de notre Galaxie, nous allons suivre le James Webb fouiller les nébuleuses planétaires qui sont des étoiles en fin de vie, puis regarder la chute spectaculaire d'une étoile vers un trou noir. Le James Webb grâce à sa puissance collectrice en infrarouge nous révèle les grandes nébuleuses dans lesquelles se forment les toutes premières étoiles, enfouies dans la poussière. Puis nous allons explorer d'autres galaxies de plus en plus lointaines, et la façon dont elles se construisent par collisions.

Le James Webb nous emmène ensuite au bord de l'Univers, pour assister à la naissance des premiers amas globulaires, et même découvrir des étoiles individuelles ayant émis leur lumière il y a plus de 12 milliards d'années. Lorsque l'Univers était tout jeune il était entièrement rempli de gaz neutre: nous y verrons les premières émissions de lumière, avec les toutes premières galaxies qui transforment cet Univers en celui que nous connaissons aujourd'hui. Elles sont plus nombreuses que prévu, et nous verrons si cela peut bouleverser nos connaissances sur l'Univers et ses modèles. Nous irons finalement à la recherche des  énigmatiques étoiles qui composent la population III, car elles pourraient être les toutes premières étoiles jamais formées.

Observation des exoplanètes avec l’instrument MIRI du James Webb (à 20h)

Conférence d’Anthony Boccaletti
Directeur de recherche au CNRS au LESIA (Observatoire de Paris-PSL) depuis 2002, s’intéresse aux systèmes exoplanétaires du point de vue de leur formation et de leur caractéristiques en contribuant à la conception et à l’exploitation d’instruments d’imagerie à très haut contraste pour le sol et le spatial. Il est responsable scientifique du coronographe de l’instrument MIRI du James Webb, ainsi que du projet SPHERE+ au Very Large Telescope.

On connait aujourd’hui plus de 5000 exoplanètes, des planètes qui tournent autour d’autres étoiles que le Soleil, mais seules quelques unes ont été observées directement.
L’imagerie directe de ces planètes reste difficile car elles sont à la fois très proches de leur étoile et beaucoup plus faibles. C’est pourtant une des deux seules façons d’étudier l’atmosphère des exoplanètes, et de comprendre de quoi sont elles constituées, et à terme d’étudier les mécanismes qui mènent à leur formation. Mais les techniques d’imagerie à haut contraste ont fait des progrès considérables ces dernières années sur les télescopes de 8 à 10 mètres de diamètre.

L’observatoire spatial James Webb est une mission unique qui nous permet de sonder l’atmosphère des exoplanètes dans un régime de longueur d’onde totalement nouveau. Mais il a fallu pour cela concevoir, fabriquer et tester de nouveaux composants optiques: des coronographes stellaires. Nous passerons en revue les motivations astrophysiques et les avancées techniques qui ont été nécessaires pour garantir une exploitation optimale du James Webb et de son instrument MIRI pour la science exoplanétaire.

Odyssée vers d’autres mondes (à 19 et 20h)

Séance de Planétarium animée par l'unité d'astronomie du Palais.

Quelle n’aurait pas été la surprise des Anciens d’apprendre ce que nous savons aujourd’hui, à savoir que les étoiles sont des astres de même nature que notre soleil et que beaucoup d’entre elles sont, à l’instar de notre étoile, entourées de planètes ? Laissez-vous guider par un astronome qui vous embarquera pour un voyage, qui commencera par la découverte du ciel étoilé, puis nous emmènera explorer les mondes exotiques de notre système solaire, avant de nous entraîner dans une expédition interstellaire à la découverte des mondes exoplanétaires de notre galaxie.
 

Observation du ciel

À 21h - si le ciel est clément -  le public sera convié en extérieur du bâtiment pour une observation du ciel avec l’evscope, guidée par l'équipe d'astronomes du Palais. Fin de soirée à 22h30.
Avec le soutien d'Unistellar.